Estimer ses impôts sur le revenu en Allemagne

Einkommensteuer

Si vous allez travailler en Allemagne, le système de l’impôt sur le revenu prélevé mensuellement à la source vous force à en connaître la fiscalité et les tranches d’imposition pour estimer votre salaire net. Même avec l’aide de certaines simulations qui prennent en compte votre situation (marié, célibataire, etc.), mieux vaut se renseigner avant.

Qui doit payer ses impôts sur le revenu en Allemagne ?

Toutes les personnes travaillant en Allemagne et touchant un revenu annuel imposable supérieur à 8.820€, sont soumises à l’impôt sur le revenu. Attention, il ne faut pourtant pas confondre les impôts sur les revenus et l’impôt sur le salaire. D’autres revenus que le salaire entre en compte dans le calcul de l’imposition.

En tant que travailleur expatrié, ou même détaché, il peut parfois être un peu délicat de comprendre quel sera le montant exact de vos impôts. Par exemple, si vous avez des placements immobiliers en France qui vous rapportent de l’argent, mais que vous travaillez en Allemagne, comment serez-vous imposé ?

Évidemment, selon les cas, cela peut varier, mais sachez qu’il existe, entre la France et l’Allemagne, une convention fiscale qui vous évitera de payer deux fois vos impôts. D’une manière générale, si vous travaillez en Allemagne, vous paierez vos impôts en Allemagne. Seul le fait de résider en France et d’être un travailleur frontalier en Allemagne peut changer cette règle.

L’impôt sur le revenu

En Allemagne, comme en France, l’impôt sur le revenu représente la plus large contribution financière des contribuables. La fiscalité allemande calcule l’impôt sur le revenu en additionnant l’impôt de base (un certain pourcentage de votre salaire selon votre tranche d’imposition) avec l’impôt religieux et la contribution de solidarité dont nous parlerons plus tard.

Ensuite, vous pouvez soustraire au montant de votre impôt les différentes déductions liées à votre situation personnelle, si vous êtes marié ou célibataire, si vous avez des enfants ou des personnes à charge, des pensions d’invalidité, etc. L’impôt religieux, quant à lui, est de moins de 10% de votre salaire brut et servira à financer le culte auquel vous avez déclaré adhérer.

Comme beaucoup le savent, et comme bientôt en France, l’impôt sur le revenu en France est prélevé à la source mensuellement sur le salaire du contribuable. Selon votre déclaration de revenus de l’année précédente, un taux d’imposition est pratiqué chaque mois. À la fin de l’année, si vos revenus ont été plus ou moins élevés que prévu, le fisc vous rembourse ou vous réclame la différence.

Comment gérer une double imposition en France et en Allemagne ?

Il existe des conventions bilatérales entre la France et l’Allemagne pour faciliter la mobilité des citoyens de chaque pays. Ces conventions permettent d’assurer aux citoyens français et allemands de ne pas payer deux fois l’impôt sur le revenu. Cependant, pour que la convention s’applique, il faut que toutes les déclarations soient faites dans les deux pays.

Si vous résidez et travaillez dans un seul pays, que ce soit la France ou l’Allemagne, peu importe votre nationalité, vous ne paierez vos impôts que dans le pays où vous travaillez et où vous résidez. Si vous résidez en Allemagne, mais que vous travaillez en France, ou inversement, vous devrez déclarer vos impôts en Allemagne et en France. La situation sera même encore un peu plus complexe si vous avez des revenus non salariés (placements immobiliers, financiers, etc.).

Dans ce cas-là, il est bien utile de pouvoir simuler ses impôts sur Internet. Cela vous permettra de comprendre exactement les démarches à effectuer auprès des autorités fiscales des deux pays. Ces autorités fiscales communiqueront ensuite entre elles pour que vous ne vous retrouviez pas à payer deux fois plus d’impôt que prévu. Cependant, il arrive que vous soyez obligé de payer une partie de vos impôts au fisc français et une autre au fisc allemand.

Les différentes tranches d’imposition

Comme nous le disions, il faut gagner un salaire annuel brut de 8.820€ pour être imposé en Allemagne. En dessous de ce seuil, vous ne serez pas imposé. Pour rappel, ce seuil est placé à un peu plus de neuf mille euros en France. Ensuite, l’Allemagne pratique l’impôt progressif et par tranches, si bien que plus vos revenus sont élevés, plus votre imposition augmente.

Ainsi, au sein de la deuxième tranche d’imposition (pour les revenus compris entre 8.821€ et 13.769€) le taux d’imposition progressif est compris entre 14% et 23,97%. Ensuite, pour la troisième tranche (entre 13.770 € à 54.057 € de revenus), un taux de 23,97 % à 42 % est appliqué. Enfin, un taux constant de 42% pour les revenus de 54.058 € à 256.303 €, puis de 45% pour les revenus au-delà.

L’impôt est donc prélevé mensuellement par l’employeur, directement sur le salaire brut du contribuable. À la fin de chaque année, une actualisation de la situation du contribuable est faite pour détecter une augmentation des revenus et une dette envers le fisc. Les revenus issus d’autres domaines (patrimoine, pensions, héritages, etc.) sont alors comptabilisés. Dans le cas contraire d’un trop payé, le contribuable a deux ans pour réclamer un remboursement par le fisc.

La fiscalité en Allemagne

L’impôt sur les revenus n’est évidemment pas le seul impôt auquel sont soumis les contribuables allemands. Il y a, bien évidemment, des impôts qui s’appliquent aux revenus financiers, la redevance audiovisuelle, l’impôt sur les revenus fonciers et bien d’autres taxes locales qui permettent de financer les villes et les régions.

Cependant, il faut savoir que les impôts allemands varient également selon la région où vous vivez. C’est là l’une des dernières cicatrices de la séparation de l’Allemagne en deux pays, l’un à l’Ouest, l’autre à l’Est jusqu’en 1991. Effectivement, tous les habitants des Land de l’Ouest payent une surtaxe de solidarité de 5,5% de leur revenu brut pour aider les Land de l’Est à se reconstruire économiquement et aider l’Allemagne à se réunifier.

Un autre impôt assez étonnant du point de vue des Français, c’est l’impôt religieux que pratique l’État allemand. Effectivement, cette taxe représente 9% (8 dans certaines régions) du salaire brut du contribuable. Pourtant, cette taxe ne s’applique qu’aux membres des Églises catholique et protestantes. Certains décident de quitter l’Église pour y échapper, mais ne peuvent alors plus recevoir les sacrements.

Des simulations d’impôts ?

Il existe, évidemment, des logiciels de simulation d’imposition disponibles sur Internet. Il suffit d’y entrer les montants précis de vos revenus dans les bonnes cases pour obtenir le montant de son impôt. Le ministère fédéral des Finances en propose notamment un, fiable puisque souvent mis à jour.

Vous pouvez également trouver d’autres sites, et même des applications mobiles qui rendent ce service. Soyez, en revanche, plus vigilant quand vous les utilisez puisqu’il n’est pas toujours certain que les taux qu’elles appliquent aient été mis à jour.

Laisser un commentaire