Le baby-foot subaquatique, cette nouvelle discipline allemande

Baby-foot subaquatique

On savait qu’il existait tout un tas de sports à pratiquer dans l’eau et qui ne consistaient pas à simplement nager d’un bout à l’autre. Il y avait le water-polo, la natation synchronisée, et même les compétitions de plongeon. Désormais, le baby-foot subaquatique vient s’ajouter à la liste de ces sports.

La première compétition de baby-foot subaquatique

La première compétition de baby-foot subaquatique au monde a eu lieu en Allemagne, près de Wiesbaden (dans le land de la Hesse) en 2008. Cependant, la plus grande compétition de baby-foot subaquatique au monde a été organisée pour la première fois à Cassel, toujours en Allemagne. Elle a été organisée par Pascal Adam au sein du club de plongée local : le TWC Delphin.

Comme nous le disions en introduction, le principe du baby-foot subaquatique est aussi simple que son nom le suggère : quatre joueurs disputent une partie de baby-foot sous l’eau pendant 30 minutes. Il faut donc, évidemment, que les joueurs soient correctement équipés. Bouteilles de plongée, masque et combinaison sont donc obligatoires.

Cette compétition s’adresse donc aux amateurs de plongée avant de s’adresser aux amateurs de baby-foot. Si on est amateur des deux, c’est encore mieux et c’est le cas de l’organisateur Pascal Adam. Membre actif du club de plongée le TWC Dolphin, il est également le co-fondateur de Goliath Kicker, une entreprise spécialisée dans la fabrication de baby-foot.

Une compétition de longue haleine

Le moins que l’on puisse dire, c’est que Pascal Adam n’a pas fait les choses à moitié en organisant cet événement. Si la première compétition de baby-foot subaquatique jamais organisée avait eu lieu un peu avant et avait duré 26 heures, celle de Cassel a largement battu le record en durant plus de 30 heures.

Pendant plus de 30 heures, 128 joueurs, répartis en 32 équipes de quatre joueurs, se sont affrontés pour pouvoir désigner un vainqueur au terme de la finale. Chaque partie de baby-foot ne pouvait durer que trente minutes maximum. Au terme de ces trente minutes, l’équipe avec le meilleur score était alors qualifiée pour le tour suivant.

Une compétition bien plus fatigante que son aspect enfantin et un peu idiot ne pourrait laisser paraître. Effectivement, outre la fatigue liée à la pratique du baby-foot sur une longue période, rester sous l’eau à une profondeur constante en veillant à ne pas remonter à la surface nécessite de gérer sa respiration comme seul un bon plongeur peut y parvenir. Cela nécessite une attention constante qui augmente considérablement la fatigue.

Des équipements spéciaux

Si les plongeurs devaient veiller à maîtriser leur respiration pour ne pas remonter trop facilement à la surface, il a également fallu prévoir un équipement spécial pour permettre à la compétition de se dérouler sereinement. Fort heureusement, l’entreprise fabricante de baby-foot Goliath Kicker, dont le fondateur n’est autre que l’organisateur de l’évènement, a fourni tout le matériel.

Le baby-foot, d’abord, avait été pensé spécialement pour cette compétition. Au lieu des pieds traditionnels que l’on retrouve sur les baby-foots à la surface, ce modèle-ci reposé directement au sol sur une plaque en métal suffisamment lourde pour rester au fond de l’eau. En plus, des poids avaient été placés à l’intérieur de la structure du baby-foot pour lui permettre de ne pas flotter et de rester stable.

Enfin, la balle avait été fabriquée spécialement pour l’événement et elle était en acier pour éviter qu’elle ne remonte à la surface. De l’avis des joueurs, cette balle, un peu lourde, changeait les sensations lors des frappes et il fallait un temps d’adaptation. Depuis, Pascal Adam a pu revoir ses modèles de balles de baby-foot subaquatique pour qu’elles reproduisent les mêmes sensations qu’à la surface.

Un dispositif pas comme les autres

La toute première compétition de baby-foot avait eu lieu, comme nous le disions plutôt, en Allemagne. Cependant, si Pascal Adam, amoureux de plongée et de baby-foot n’avait pas été pleinement séduit par cette première compétition, c’est notamment parce qu’elle s’était déroulée dans une piscine.

Pourquoi ? Parce que l’inconvénient majeur d’une piscine, c’est qu’elle ne permet pas d’accueillir un public qui pourrait alors suivre l’évènement. Pascal Adam, lui, est persuadé que ce qui fait la force d’une compétition, ce sont les supporters. Ainsi, il a imaginé un dispositif unique pour inclure le public à la compétition.

Ainsi, la compétition de baby-foot subaquatique du club de plongée TWC Dolphin a eu lieu dans un camion qui avait été aménagé spécialement pour recevoir l’évènement. Les parois du camion ont été remplacées par des vitres en verre pour que le public puisse assister aux exploits des joueurs. Reste à savoir s’ils pouvaient entendre les encouragements du public de l’autre côté de la vitre.

Vers une Coupe du Monde de baby-foot subaquatique ?

Dès la première édition, les plongeurs du club allemand ont été conquis et Pascal Adam a estimé que le pari était réussi. À l’époque, il espérait déjà pouvoir un jour, le plus rapidement possible, organiser une Coupe du Monde de baby-foot subaquatique.

Si depuis cette première compétition, le baby-foot subaquatique s’est répandu en Allemagne et que Pascal Adam a continué d’organiser de nombreuses compétitions, son rêve de Coupe du Monde n’a pas encore abouti. Pourtant, ce nouveau sport devient de plus en plus populaire et commence à traverser les frontières de l’Allemagne. Alors, peut-être que dans quelques années, nous assisterons à la première Coupe du Monde de baby-foot subaquatique.

Laisser un commentaire