Les PME allemandes : actrices de la mondialisation

De nos jours, l’Allemagne est le premier pays d’export. Ce succès est dû aux entreprises du Mittelstand : les échanges extérieurs ne représentent qu’un cinquième de leur chiffre d’affaires, mais une PME sur quatre est ouverte au monde.
Elles ont su profiter de la mondialisation en trouvant et en analysant les marchés émergents du pays. Elles n’ont délocalisé que la fabrication des produits à faible valeur ajoutée, en se focalisant sur la recherche et le développement ainsi que la fabrication des produits de haut de gamme.

Des PME vraisemblablement ouvertes au monde

Les PME allemandes sont la base de l’économie du pays, elles sont très présentes sur le marché. Les activités d’export le sont tout autant, les petites et moyennes entreprises allemandes ont su saisir les avantages de l’exportation. Mais, elles ne sont pas seulement exportatrices, en effet, elles s’ouvrent petit à petit à l’investissement à l’étranger. Cette internationalisation leur a permis de mondialiser leurs réseaux, contribuant grandement à la création d’emplois outre-Rhin.

Leur succès repose également sur le fait qu’elles ont pour but de s’inscrire sur le long terme. Elles souhaitent mettre en place un développement durable où les bénéfices sont immédiatement réinvestis. Au sein des entreprises, l’esprit d’équipe et l’effort collectif sont valorisés, mettant réellement en avant les valeurs sociales communes. Cet état d’esprit contribue à la réussite de ces PME.

Fiscalement parlant, la loi Unternehmenssteuerreformgesetz du 14 août 2007 a pour but d’abaisser les taux élevés (40 %) d’imposition des sociétés de capitaux allemandes, sans, cependant, parler de défiscalisation des PME.

Des PME valorisant leurs partenariats pour plus d’efficacité

Que ce soit au niveau local, national ou mondial, les entreprises allemandes nouent divers partenariats, éléments nécessaires à leur développement. Ces accords se fondent sur des liens forts entre les partenaires. De plus, les concurrents ne sont pas considérés comme des ennemis, mais comme de potentiels futurs collaborateurs. La force de ces entreprises réside donc dans le fait que les Allemands, contrairement aux autres pays, ont su conserver l’emploi au sein même de leur territoire, limitant au plus possible la sous-traitance étrangère.

Leur efficacité se repose également sur leur capacité à mutualiser les recherches, notamment au sein des instituts Fraunhofer qui assurent un véritable lien entre la recherche fondamentale et l’innovation industrielle. Les entreprises s’intéressent ainsi au produit, au marketing, à la distribution, à la politique des prix, afin de recueillir le plus possible d’information et d’être apte à répondre à toute demande.

Laisser un commentaire