Comment apprendre les positions de base en moto trial ?

Gardez l’équilibre en maniant le guidon. Si la moto va vers la gauche, baissez le guidon pour contre-braquer et inversement. Si vous obtenez l’équilibre nécessaire, poussez les jambes et tirez sur les bras simultanément, pour vous lever.

Ensuite, lâchez la main gauche et penchez-vous vers l’avant. Plusieurs positions sont à prendre en compte durant votre apprentissage. Vous devez savoir bien vous asseoir, bien positionner vos jambes, vos coudes, vos doigts, etc.

Assis sur la selle

Si vous roulez souvent sur la route, vous avez probablement l’habitude de vous asseoir sur la selle avec les bras tendus.

Si vous appliquez ces conduites sur une moto tout-terrain, vous allez mettre trop de poids sur la roue arrière et pas assez sur l’avant. Cela entraînera une direction imprécise et une forte probabilité d’accident de roue. Ce n’est pas approprié à notre exercice.

Glissez vers l’avant de la selle, de manière que vos fesses soient au-dessus des repose-pieds. Cela répartit uniformément votre poids et permet un meilleur contrôle dans les virages.

Vous n’allez pas être assis tout le temps, mais quand vous l’êtes, essayez de garder votre poids au centre de la moto.

Coudes relevés

Maintenant que nous sommes au bon endroit, que faire avec les bras ? Si vous les gardez près du corps, vous n’aurez pas d’effet de levier et il vous sera difficile de contrôler le guidon.

En levant simplement les coudes sur les côtés, la moto devient instantanément plus facile à contrôler. Comme vos coudes sont pliés, vous pourrez absorber les mouvements de la direction et de la suspension facilement. Garder les coudes écartés augmente le contrôle.

Manipulation des doigts

Maintenant que votre corps et vos bras sont dans la bonne position, qu’en est-il de vos mains ?

Idéalement, vous devez saisir la moto avec vos jambes et vos genoux, de sorte que votre prise sur le guidon peut être légère. De nombreux cyclistes couvrent l’embrayage et le frein avant avec un doigt en permanence.

A lire aussi :  Faire du wheeling : Dans quel pays peut-on le faire ? Quelles sanctions ?

Ils augmentent ce nombre à deux doigts pour les freinages lourds et les mouvements complets de l’embrayage. Cela vous permet de tenir le guidon avec deux doigts en plus, ce qui est très utile sur les terrains accidentés.

Si un contrôle beaucoup plus délicat est nécessaire, choisissez vos gants avec soin. Les gants de route épais offrent peu de sensation et rendent difficiles les mouvements qui doivent être exécutés avec rapidité.

Les gants tout-terrain sont plus fins et n’ont que peu ou pas de rembourrage.

Jambes à l’extérieur

Lorsque vous prenez des virages sur des surfaces glissantes ou qui manquent d’adhérence, vous allez devoir sortir votre jambe. Cela vous permettra d’éviter de faire tomber la moto si elle glisse d’un coup sec.

Veillez à tendre la jambe vers la roue avant et non vers l’arrière de l’engin. Vous risquez de vous blesser ou d’endommager les ligaments de votre genou. L’avantage supplémentaire de sortir votre jambe est que le poids se déplace vers l’intérieur, cela vous aide à tourner.

Le poids de votre pied et de votre botte se trouve le long de la roue avant, il pousse la roue avant dans la terre. Cela augmente l’adhérence du train avant. Les pilotes de motocross tendent leur jambe pour la même raison pour avoir une stabilité et un transfert de poids.

Rester debout

Idéalement, plus vous vous améliorez en conduite hors route, plus vous vous lèverez et plus cela deviendra facile. En vous tenant debout, vous transférez votre poids sur les repose-pieds.

Cela a pour effet d’abaisser le centre de gravité de la selle à un point situé bien bas, directement entre les axes des roues. Cela rendra la moto beaucoup plus stable dans presque toutes les situations.

La position debout permet d’isoler votre corps du terrain. Car la suspension absorbe les chocs à chaque coup qui se répercute sur votre colonne vertébrale. La moto peut se déplacer tandis que vous restez relativement immobile au centre.

A lire aussi :  Top 5 des meilleures motos trial du marché

Vous constaterez que le fait d’être debout vous permet de voir de loin votre chemin à franchir. Cela vous permet d’anticiper les changements de surface, d’éviter les obstacles et de planifier une ligne de passage.

Transfert de poids

Sur la route, le transfert de poids vers l’avant ou l’arrière de la moto n’est pas nécessaire. Mais sur les pistes, il s’agit d’une compétence que vous allez devoir développer, en particulier pour les collines.

En descente, vous allez devoir vous déplacer vers l’arrière de la selle, et idéalement vous mettre debout si la pente n’est pas trop effrayante ou raide. Cela permet d’alléger le poids de la roue avant et d’appuyer les bras sur le guidon.

En montée, il faut avancer vers l’avant de la selle et se pencher vers le guidon afin de maintenir le poids sur la roue avant. Cela permet de réduire le risque que la roue avant se soulève sous l’effet de la puissance.

L’arrière de la moto peut bouger, mais ce n’est pas alarmant, tant que l’avant est orienté dans la bonne direction ! Lorsque vous roulez sur des collines à travers le cambre, essayez de maintenir votre poids sur le repose-pied extérieur.

Cela aide les bosses latérales du pneu à trouver de l’adhérence. Si vous appuyez sur la cheville intérieure, vous augmentez le risque que les roues perdent leur adhérence et s’éloignent de vous.

Regardez devant vous

Nous terminerons par un conseil qui est exactement le même que celui de la conduite sur route. Regarder devant soi est une partie cruciale de la conduite d’une moto.

Il vous permet d’ :

Par ailleurs :

  • Vous devez constamment scruter la piste devant vous pour repérer les obstacles et identifier la ligne la plus facile pour les contourner ;
  • Ne vous concentrez pas uniquement sur ce qui se trouve devant vous ;
  • Gardez la tête haute pour explorer l’horizon ;
  • Concentrez-vous sur l’endroit où vous voulez que la moto aille et essayez d’envisager la réussite et non l’échec ;
  • Ne regardez pas les arbres ;
  • La fixation de la cible est fondamentale tant sur la route que sur la piste.
A lire aussi :  La moto trial GasGas 250/300 TXT Racing pour un équilibre parfait

Freinage

Que vous soyez un motard expérimenté ou relativement novice, vous aurez, une idée de la manière d’utiliser vos freins sur la route. Freinez l’arrière à faible vitesse, et dès que la vitesse augmente, c’est 80 % à l’avant et 20 % à l’arrière dans des conditions sèches.

Vous devez utiliser le frein avant puis le frein arrière. Cela transfère le poids vers l’avant, modifie la géométrie de la moto pour pousser l’avant vers le sol. Cette astuce augmente la surface de contact du pneu et donc l’efficacité du freinage.

Le frein arrière perd de son efficacité à mesure que l’arrière de la moto s’allège. La fonction du frein arrière consiste davantage à maintenir la stabilité qu’à freiner. Sur un terrain mouillé, les pourcentages peuvent changer pour éviter de surcharger l’avant et de déclencher une glissade, mais le principe est le même.

Garder l’équilibre

Pour maîtriser les positions de base, la position en équilibre fait partie de l’application. Pour ce faire, il faut s’exercer sur un terrain plat avant de surmonter les pistes difficiles.

Sur un angle entre deux murs, fixez-y votre roue avant à 80 cm du sol.

Calez votre moteur et mettez les pieds sur les repose-pieds. Maintenez l’équilibre en insistant sur le guidon. Une fois en équilibre, tirez sur les bras et poussez sur les jambes en même temps en vous levant. Puis lâchez la main gauche.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *