Faire du wheeling : Dans quel pays peut-on le faire ? Quelles sanctions ?

Les fans de moto ne cessent de chercher de nouvelles sensations fortes et de nouvelles techniques. Le wheeling est une figure de stunt qui se pratique avec une moto puissante.

Cette pratique est interdite sur les voies publiques. On peut le faire sur les circuits de course. La France, le Canada, les États-Unis font partie des pays équipés en circuits de courses.

Les sanctions prévues si on ne respecte pas les règlements sur le wheeling peuvent aller jusqu’à 4 mois de prison ferme.

Le wheeling: qu’est-ce que c’est?

Les autres appellations connues au wheeling sont «roue arrière» et «wheelie». Pour savoir ce qu’est réellement la roue arrière, il faut faire recours à la notion de point d’équilibre.

C’est, comme l’indique le nom, le point, qui une fois atteint et maintenu, vous permet de conserver un équilibre à un angle et une vitesse constante. Même si la moto est la référence pour le wheeling, tout véhicule ayant au moins 2 roues peut être utilisé.

Le wheeling ou roue arrière est une forme de cascade ou figure acrobatique. Réalisé à l’aide des véhicules ayant de bonnes capacités, il consiste à maintenir votre point d’équilibre tout en vous déplaçant uniquement sur les roues arrière.

Pour plus d’élégance et de complexité, il est courant d’en créer les variantes grâce à plus de gestes. Le conducteur peut élever le niveau de difficulté à volonté selon son expertise.

On doit la popularité de cette forme de cascade à un célèbre cascadeur portant le nom de Patrick Bourny avec ses 8 records mondiaux. As du pilotage pour un total d’environ 1000 spectacles en Europe, il invente le wheeling à moto et surtout à camion pour décrocher un record mondial en 1992.

Que faut-il savoir avant de faire du wheeling?

Faire un wheeling classique se résume en deux parties. Il faut réussir à soulever les roues avant, puis maintenir votre position selon un angle significatif en vous déplaçant sur la ou les roues arrière.

A lire aussi :  Honda CB 650 R : les avantages et les inconvénients de cette moto

Le pilote pourra revenir à sa position initiale au moment voulu. Deux méthodes sont connues pour faire du wheeling. On peut utiliser ou ne pas utiliser l’embrayage.

Le choix de l’une ou l’autre des deux méthodes varie en fonction de la puissance de votre moteur. Le plus simple et pratique est celle sans l’emploi de l’embrayage appelé wheeling à accélérateur.

Avec un minimum de précautions, les étapes ci-après vous seront utiles pour réussir le wheeling à moto :

  • Démarrez la moto puis avancez à vitesse constante jusqu’à trouver le régime normal et accélérez d’un coup ;
  • Pour une moto performante, l’embrayage n’est plus nécessaire. La puissance de l’engin suffit pour soulever la roue avant;
  • Avec un léger coup d’embrayage, le résultat est meilleur. La moto devient plus facile à contrôler et prend moins de vitesse;
  • De manière successive, soulevez et abaissez la roue avant de la moto à faible amplitude par rapport au sol sur de courtes durées;
  • Apprenez à allonger progressivement ces durées en cherchant l’équilibre pour parfaire votre wheeling.

La différence entre les deux méthodes réside dans l’enclenchement du wheeling après avoir trouvé le régime idéal. Il suffit d’actionner l’embrayage et le relâcher d’un coup tout en accélérant. Résultat, la moto se soulève immédiatement après cette opération.

La difficulté est d’arriver à garder l’équilibre au risque de provoquer des chutes violentes. Il est préférable de faire du wheeling en 2ᵉvitesse.

En dehors de la roue-arrière normale, il existe autant de variantes que de conducteurs. Vous obtenez de légères ou grandes différences en maintenant l’équilibre avec ou sans une main posée sur le guidon.

D’autres possibilités seraient également de passer les pieds par-dessus le guidon. Vous faites du wheeling, tant que le déplacement se fait sur les roues arrière, et ce, indépendamment de la posture.

A lire aussi :  Top 5 des meilleures motos à selle basse pour les femmes

Des risques du wheeling

Les risques du wheeling sont d’ordre mécanique. Il faut savoir que les deux-roues ne sont pas conçus pour réaliser des cascades. Certains équipements de sécurité tels que les pneus d’une moto sont exposés à une usure prématurée.

On compte aussi les suspensions et les freins qui sont sollicités. Cela peut être dû aux contacts violents de la moto avec le sol lorsqu’il y a un choc.

Le magazine Ouest-France publie le 1er juin 2021 une information sur un accident de circulation provoqué par un chauffard qui faisait de la roue-arrière. Ce dernier a percuté un véhicule causant un total de 6 blessés pris en charge par les secours.

Faire du wheeling sur une route publique expose le conducteur et les passagers aux risques d’accidents graves, voire mortels.

Les pays qui autorisent la pratique du wheelinget les sanctions prévues en cas de non-respect des règlements

Il ne suffit pas d’être informé sur la notion de wheeling. Il faut connaître les pays qui autorisent cette pratique. Vous devez aussi savoir les différentes sanctions qui peuvent être appliquées si vous faites du wheeling dans un pays qui ne l’autorise pas.

Quelles sont les destinations appropriées pour réaliser du wheeling?

Le wheeling représente un danger à la fois pour le conducteur et pour les passagers. Le wheeling est formellement proscrit sur les voies publiques. Il est réservé pour les circuits et dans le pire des cas pour les chemins privés.

La France, le Canada, les États-Unis, l’Italie, l’Angleterre et bien d’autres sont des pays réputés pour être équipés en circuits de courses. Ces pays sont une bonne destination pour des manœuvres dangereuses à moto.

S’il est possible d’obtenir une autorisation pour accéder à ces sites, vous pourrez vous y rendre pour faire du roue-arrière. Les campagnes reculées, à l’abri des routes standards, sont aussi adéquates.

A lire aussi :  Comment apprendre à cabrer en moto trial ?

Pour les amateurs de sensations fortes, la Suisse est un pays ouvert au wheeling, mais uniquement autorisé sur des circuits fermés. Il faut noter qu’en Suisse romande, se déroulent des cours de wheeling dans une moto-école alémanique pour former des motards passionnés.

Il en est de même à Savigny plus précisément dans le canton de Vaud. La pratique sur une route ouverte est sanctionnée par une amende.

Où est interdite la pratique du wheeling et quelles sont les sanctions prévues ?

Certains États des USA ont proscrit la pratique du wheeling. Dans l’État de l’Illinois, les sanctions contre le wheeling sont loin d’être négligeables.

Elles vont d’une amende de 100 euros à 2500 euros plus un an d’emprisonnement ferme en cas de récidive. Ces États condamnent par la même occasion tout déplacement si une roue n’est pas à terre.

Le gouvernement autrichien fait preuve de fermeté face à la question de pratiques dangereuses en circulation. Le drift, le genou à terre, et le wheeling font office d’une amende qui s’élève à 300 euros. Les sanctions pour les récidives peuvent atteindre 10 000 euros.

Le Code pénal en France prévoit des sanctions contre des cas de roue arrière. L’article R.412-6 du Code de la route tient au titre d’irresponsabilité tout conducteur n’étant pas constamment en position d’exécuter toutes les manœuvres qui lui incombent.

La sanction liée à cette irresponsabilité est de 4 mois de prison fermes additionnés à une amende de 2000 euros. Il peut y avoir une suspension de permis de conduire pendant 6 mois.

Le wheeling est une figure acrobatique couramment pratiquée grâce au plaisir qu’on tire à réaliser des mouvements complexes qui ne sont pas évidents. Les risques qui en découlent rendent certains gouvernements stricts face à cette pratique.

Ils appliquent pour toute conduite dangereuse de ce type, des sanctions significatives qu’il faut connaître à l’avance pour prévenir des mauvaises surprises.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *